Le processus de deuil en 8 étapes - Roue Hudson

Les 8 étapes que traversent les personnes situées dans le processus de deuil sur la roue de Hudson.

PROCESSUS_DE_DEUIL

Comprendre les étapes du processus de deuil selon Hudson

Le processus de deuil a été élaboré à son origine par le Docteur Elisabeth Kübler-Ross qui s’était spécialisée dans l’accompagnement des mourants.

Elle distinguait quant à elle cinq étapes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l'acceptation.

Cette réflexion a été poursuivie pour être adaptée et accompagner le processus de changement que vivent les êtres humains à certains moments de leur vie.

Le deuil est généralement le moment qui suit une rupture – moment pouvant correspondre à toutes sortes d'expériences plus ou moins prégnantes sur le plan émotionnel, telles que la perte de motivation, d'un emploi, d'une relation, d'une compétence, d'une espérance, etc.

Voici donc les principales étapes, huit en tout, que traverse toute personne qui se situe à cet endroit de la Roue de Hudson :

1. Le déni émotionnel

Durant cette étape, la personne est « sous le choc ». Elle « sait » ce qui est arrivé, mais n’en mesure pas la dimension émotionnelle. Elle prend les choses en main, fait ce qu’il y a lieu de faire, puis petit à petit réalise ce qui vient de survenir. C’est alors que les émotions émergent ; c’est l’étape du « Non ce n’est pas possible ! » Certaines personnes sautent cette étape lorsqu’il s’agit d'événements graves, imprévisibles.

Elles y penseront plus tard car le mécanisme consiste à passer à travers toutes les étapes régulièrement.

2. La protestation ou la colère

La personne exprime sa colère contre ceux qui n’ont pas fait tout ce qu’ils auraient pu faire. Cette étape sert à repousser la réalité, c’est une protestation contre le fait que le contrat n’a pas été tenu. « Lorsque je me suis engagé dans l’entreprise ou avec quelqu’un c’était pour aller loin ensemble ». Il est normal de ressentir de la colère contre les circonstances qui bouleversent notre vie ; il est donc important d’accompagner et non de rejeter la personne se situant à ce stade d’agressivité et de pleine révolte.

Il est préférable et plus efficace, par exemple, de lui dire : « Je comprends probablement votre colère » que de lui dire : « Calmez vous ».

3. La tristesse

La protestation ouvre la voie aux autres émotions. La tristesse est une façon d’exprimer sa douleur par rapport à la perte. L’expérience de la douleur (larmes en privé) est essentielle dans le processus de deuil.

4. La peur

A ce stade, c’est la peur d’être abandonné, de ne plus pouvoir créer de liens qui prédomine. Plus la personne a subi d’abandons dans son enfance, plus cette phase sera pénible et profonde.

5. La rationalisation ou le marchandage

Il s’agit d’une étape intellectuelle pouvant aider à accepter l’inévitable. La personne va chercher tout ce qui pourrait être l’objet d’une négociation avec les « grandes puissances » pour inverser le cours des choses (croyance par exemple que la rencontre avec le directeur, qu’une lettre adressée au président pourront agir sur l’inéluctable). Cette phase est fondamentale, et réclame de la part des coachs, des leaders et autres figures d'autorité, un grand respect des personnes et de leurs croyances, car elle précède souvent la phase d’acceptation.

6. L’acceptation de la perte

La personne va sortir de la méconnaissance dans un laps de temps plus ou moins long. Ceci est une avancée dans sa progression, dans son évolution. Et il peut se passer des laps temps passablement longs avant que la personne ne « remplisse la diagonale » et n’évolue vers moins de méconnaissance.

Le rôle du leader/accompagnateur est de permettre à la personne de passer d’une étape à l’autre. Pour pouvoir accompagner quelqu’un, il est souvent important d’avoir fait soi-même le chemin, oser parler de ses propres deuils, faire le point de temps en temps, parler d’une perte importante, des pertes et de ce que cela représente pour soi.

7. Un nouvel attachement

C’est la période où la personne ayant cicatrisé va pouvoir refaire un lien d’énergie avec un but, une chose, une personne. 

8. Le sens pour croître

C’est le dernier stade du deuil. Il consiste à découvrir ce que je vais développer en moi qui n’aurait pas eu lieu si je n’avais pas vécu ce deuil, quelle découverte, quel enrichissement vont découler de cette expérience. C’est alors que le « cadeau caché » se révèle à moi.


Contactez-nous